Trafic de pesticides agricoles : un authentique réseau devant la justice
Tribunal correctionnel de Saint-Gaudens

vendredi 23 novembre 2007
par  FNE : France Nature Environnement

Communiqué de presse : vendredi 23 novembre 2007
Associations France Nature Environnement : Fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement (Reconnue d’utilité publique).

Au terme de cinq ans et demi d’instruction, 16 chefs d’entreprise,
négociants agricoles, responsables de coopératives, comparaîtront du 26
au 30 novembre 2007 devant le Tribunal correctionnel de Saint Gaudens
pour mise sur le marché et importation de pesticides sans autorisation,
vente de produits toxiques interdits, publicité commerciale pour des
pesticides interdits
...

Le point de départ de cette affaire remonte au constat, courant 2001 et 2002, d’une
surmortalité d’abeilles dans les ruchers des départements du Gers et de la Haute-
Garonne. Après enquête, la gendarmerie nationale découvre 39 tonnes de produits
non autorisés en France, dont 3 tonnes de produits toxiques !

La vente de ces produits ne s’est pas limitée à ces deux départements. C’est un
véritable réseau qui a été démantelé par les enquêteurs. Pour montrer l’ampleur
nationale de ce scandale, les associations Eau & Rivières de Bretagne
(Bretagne), Nature Comminges (31), Sauvegarde de l’Anjou (49), Uminate (Midi-Pyrénées) et Vienne Nature (86) elles-mêmes concernées se constitueront partie civile aux côtés de France Nature Environnement, fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement.

La fédération France Nature Environnement et ses associations membres souhaitent
que ce procès soit l’occasion de faire reconnaître les responsabilités tant des
personnes physiques que des personnes morales impliquées dans ce trafic
inadmissible, mais aussi et surtout de rappeler au grand public la dangerosité des
pesticides. « Les pesticides provoquent de sérieuses atteintes à la qualité de l’air,
des aliments, de l’eau, des écosystèmes et des milieux naturels
au point que le
Président de la République a fixé l’objectif d’une réduction de 50% dans les 10 ans
à venir. Dans cette situation, la mise sur le marché des produits interdits et
dangereux, au mépris de l’environnement et de la santé publique, est un acte d’une
extrême gravité », précise Jean-Claude Bévillard, secrétaire national de FNE en
charge des questions agricoles.

Ce premier trafic mis à jour n’est semble-t-il pas le seul : la brigade nationale de
contrôle phytosanitaire, créée à l’automne 2006, a en quelques mois déjà relevé
dans toute la France une vingtaine de pratiques délictueuses : importation de
produits interdits, mise sur le marché de produits reconditionnés sans autorisation, formulations tronquées,... 47 tonnes de pesticides non autorisés ou non-conformes
ont été consignées. Pour Eau & Rivières de Bretagne, ces trafics « peuvent
expliquer que l’on retrouve encore en 2007 de l’atrazine dans les eaux françaises
alors que son utilisation est interdite depuis 2003 ! ».

En conséquence, les associations de protection de la nature et de l’environnement
invitent à nouveau les pouvoirs publics à prendre en compte les propositions
qu’elles ont formulées dans le cadre du plan interministériel de réduction des
risques liés aux pesticides et du « Grenelle de l’environnement ».

Dossier de presse. (7 pages, pdf, 160 Ko)


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois